Cela fait maintenant deux ans que Oui-Oui s'est fait la malle.
Est-ce que ça fait mal ?
Oui. Bien sûr.
Rester, c'était cautionner une éducation qui n'a plus de "nationale" que le nom.
Je n'ai pas pu. Je respecte infiniment ceux qui ont encore ce courage.
Les commentaires de ce blog seront fermés à partir de ce jour, je suppose que vous n'imaginez même pas combien de mails haineux je peux encore recevoir...
Si vous souhaitez lire mon Journal de ZEP, je vous invite désormais à vous le procurer à cette adresse.
Amis visiteurs de hasard, recevez toute mon amitié.
Amis qui parfois venez par ici pour voir s'il reste de la lumière, je vous embrasse fort.
Il y a une autre vie.

couv_products_28220